« mai 2006 | Main | juillet 2006 »

juin 27, 2006

Travers de porc virils pour réveiller le mâle qui dort dans mes ballerines

Broar.
C'est quoi ça ? Un gros rot de camionneur. Une fois n'est pas coutûme mais là je ne peux pas faire autrement.
Comment en-suis-je arrivée à de telles extrémités ? Je vous explique...
Le Bernard l'Arno se fait parfois surprendre à regarder la chaîne de cuisine à la télé (foodnetwork.ca), mais attention pas les trucs de gonzesses qui font de délicates crèmes brûlées au safran ou des soupes de poissons destructurées ! Noooooooon ! En pleine période de coupe du monde en plus, re-nooooooon ! Ce serait trop la honte. Le Bernard l'Arno regarde "License to grill" (fallait oser hein...). En gros dans ce sommet de la cuisine domestique au barbecue, on voir un ancien basketteur (1m95 au garot, black, un abonnement à vie à la salle de muscu) manipuler à chaque émission 3 ou 4 morceaux de bidoche pouvant chacun nourrir toute la population du Lichtenstein en les marinant, massant et découpant à qui mieux mieux. Mais comme Rob (oui c'est son prénom, ça s'invente pas un truc pareil) est pas une tarlouse en plus il fait des blagues potaches entre chaque grillade, ponctue ses recettes de "check it out" ou/et "babe" (j'en ai dénombré 53 la dernière fois... oué j'ai que ça à foutre de compter les 'babe" de Robby) et déguste ensuite ses chefs d'oeuvres autour d'une grande piscine avec des potes en caleçons de surfeurs et des bimbos en jupe ras-la-touffe. Evidemment tous ont une bierre à la main parce que c'est des gens cool et sympas. Mais cela va sans dire, Rob c'est pas le genre à trainer avec des loosers.
Bon donc le Bernard l'Arno avait repéré, dans cette émission à très haute teneur en téstotérone, une recette de travers de porc (the king of the barbecue made in America !) marinés dans la bière (blonde comme les bimbos de la piscine) avant d'être cuits au barbecue (tout en se grattant l'entrejambe) et servis avec une sauce (épaisse et collante). Je vous dis même pas comme ça m'a fait envie...
Mais comme je suis une épouse aimante, dévouée et qui redoute un peu les expériences culinaires de son super héros de mari je me suis lancée dans une recette de travers de porc avec bierre et sauce mais sans le poil au torse et les "mate moi ça mon gars". Et si je vous dis que j'ai même pas allumé le barbecue...

Travers de porc à la bière et à plein d'autres trucs

Pour 1 kg de travers de porc

2 gousses d'ail, écrasées
1 oignon jaune, émincé
1 cuillère à café de graines de moutarde
1/2 cuillère à café de graines de piments séchées
5 clous de girofle
1/2 cuillère à café de 4 épices

Mettre la viande dans une grande marmite et couvrir d'eau froide. Ajouter tous ingrédients et porter à ébullition. Ecumer, baisser le feu, puis faire cuire à couvert une bonne quarantaine de minutes.
Pendant ce temps préchauffer le four à 200°:C / 400°:F et préparer une "marinade" avec :
(ne pas se laisser décourager par la liste d'ingrédients, chacun joue un rôle important)

1 gousse d'ail, finement hâchée
1 bouteille de bière ("honey lager" ici, mais elle ressemble un peu à la Pelforth brune d'après nos souvenirs...)
2 cuillères à soupe de vergeoise
1 cuillère à café de sauce Worcestershire
2 cuillères à soupe de sauce soja
2 cuillères à soupe de sirop d'érable
3 cuillères à soupe de ketchup
le jus d'1/2 citron vert
2 cuillères à soupe de moutarde de Dijon
2 cuillères à soupe de jus de pomme
1/4 de cuillère à café de piment de Cayenne
1/4 de cuillère à café de graines de piments séchées

Une fois que la viande est tendre, égoutter, mettre les travers de porc dans un plat et verser dessus les 3/4 de la marinade.
Enfourner pour 1/2 heure, jusqu'à ce que la viande soit bien dorée (la retourner 1 ou 2 fois en cours de cuisson).
Placer le reste de la marinade dans une petite casserole et faire réduire de moitié.
Servir les travers de porc avec cette sauce.

honey-lager-ribs.jpg

juin 22, 2006

Muffins au son et aux myrtilles (bran blueberry muffins dans le texte)

Vendredi c'est la quille pour tout le monde. Comme tous les "connards-de-profs-qui-sont-vraiment-payés-à-rien-foutre-et-que-c'est-scandaleux-que nos-impôts-servent-à-engraisser-des-parasites-pareils" (entendu de la bouche d'un père d'élève extrêmement gracieux et bien éduqué) je serai en vacances vendredi à 16h30. Pimpreton aussi. Pimprenille ira de temps en temps à la crèche juste pour être au frais dans les locaux climatisés et se reposer des journées où son frérot lui aura rempli les tympans à ras-bord. Seul le Bernard l'Arno continuera à aller suer sang et eau au turbin, mais bon quand on choisit la vie de super-héros il faut en accepter les inconvénients (pas d'horaires vraiment fixes pour venir à la rescousse de la veuve et de l'orphelin) sans être aveuglé par les seules lumières de la gloire (et la frime de se balader à longueur de journée dans un costume avantageux pour les poignées d'amour et les attributs propres au chromosome Y).
Donc dès la semaine prochaine nous retrouverons des matins paisibles : le grille-pain recommencera à fonctionner, le couteau à beurre sera dépoussiéré, les pots de confitures ressortiront du placard (et qui sait peut être même en ferai-je de nouvelles ?). Ca ne veut pas dire que nous délaisserons les shakes bourrés d'énergie mais nous errerons (hum pas sûre de la conjugaison... on s'en fout c'est presque les vacances on peut faire des fautes) en trainassant en pyjama dans la maison pas vraiment rangée (avec le déménagement qui se prépare pour début août ça risque même d'être dans un joyeux bordel foutoir), en nous nourrissant à des heures indues, et en ne nous livrant qu'à de oisives occupations (ouah la vache je fais des oxymores au pied levé moi, trop forte !) telles la pâte à modeler, la confection de biscuits (au chocolat exclusivement, Pimpreton est intransigeant), les batailles d'eau, la sieste (dans mes rêves oui !)...
Mais bon il fallait encore tenir bon toute cette semaine et le granola de fille s'étant fait intégralement boulotté, je devais piocher dans ma réserve de recettes de muffins du matin pour avoir de quoi me fournir un peu d'énergie. En même temps comme je sais que vont bientôt arriver les goûters quotidiens avec Pimpreton et les petits déj' tardifs où l'on se retrouve par mégarde avec une grosse couche de nutella au lieu d'une petite de beurre, les muffins en question devaient être assez healthy : pas trop gras et pleins de bonnes choses. La solution, mes bran blueberry muffins. Ils sont adaptés d'une recette d'un vieux numéro de Canadian Living qui elle utilisait des céréales All Bran, mais comme je n'en ai jamais à la maison (vu que c'est assez dégueu à manger tel quel si on est pas une mule qui a perdu la boule) j'ai bidouillé en mettant du son brut et de la compote de pomme à la place. Du coup l'apport en sucre est vraiment limité, il n'y a pas de gras (les seules sources de lipides étant l'oeuf et 250 ml de lait qui si on le souhaite peut même être écrémé... pour 12 muffins c'est plutôt dérisoire vous en conviendrez) et c'est plein de bonnes fibres. Le Bernard l'Arno les appelle les "muffins à caca"... je ne ferais aucun commentaire sur cette dénomination et ne répondrait à aucune question qui toucherait aux raisons personnelles qui ont bien pu me conduire à épouser un être aussi élégant, raffiné et plein d'esprit.

(La recette est indiquée en volumes pour les raisons si bien évoquées par Estelle)

Muffins au son et aux myrtilles

Pour 12 muffins

1 1/2 tasse de son de blé
1 tasse de lait
1/2 tasse de compote de pomme non-sucrée
1 oeuf
2/3 de tasse de vergeoise blonde
1 cuillère à café d'extrait de vanille
1/2 tasse de farine blanche
1/2 tasse de farine complète
1 cuillère à café de bicarbonate de soude
1 cuillère à café de levure chimique
1 pincée de sel
1 tasse de myrtilles fraîches ou surgelées

Préchauffer le four à 375°F / 190°C.
Mélanger le son et le lait froid et laisser reposer une dizaine de minutes.
Dans un grand saladier, mélanger la compote, l'oeuf, la vergeoise et la vanille. Y ajouter le mélange à base de son et bien remuer.
Dans un autre saladier, tamiser les 2 farines, le bicarbonate, le sel et la levure.
Ajouter au mélange liquide et remuer doucement jusqu'à ce que les ingrédients secs soient incorporés (ne surtout pas battre la pâte ou la remuer trop longtemps sinon vos muffins seront aussi moelleux que des caillasses !).
Incorporer délicatement les myrtilles sans les éclater.
Verser dans 12 moules à muffins puis cuire une vingtaine de minutes. Dés que la pâte revient en place quand on appuie légèrement dessus, c'est que c'est prêt !

bran-blueberry-muffins.jpg

juin 16, 2006

Granola canneberges et cerises spécial fille pressée, et sa variante figues et dates pour garçon pas réveillé

En cette pleine période de course infernale avant le grand néant des vacances scolaires et son lot de journées caca-beurk, on se retrouve souvent avec 4 minutes 32 pour prendre le petit déj' par chez nous. Du coup pas le temps de faire griller du pain, ou alors on le mange tout seul comme ça dans le métro sans une lichette de confiotte ou une petite couche de beurre (qui a dit de nutella ???)... bof. Le seul truc qui met tout le monde d'accord, et qui tient un peu mieux au corps qu'un simple giga power shake (qui accompagnera quand même merveilleusement TOUS les petits déj'), c'est les céréales avec du yaourt ou du lait. Sauf que :
1- On est 3 à en manger et aucune boîte de céréales ne parvient à mettre d'accord ne serait-ce que deux d'entre nous, ce qui se révèle assez vite encombrant pour les placards de ma cuisine de schtroumpfette.
2- La simple lecture de la boîte avec ses ingrédients et ses infos nutritionnelles me donne des suées froides et me conduit à n'acheter que des trucs absolument insipides qui, une fois mélangés à un produit laitier, ressemblent le plus souvent à des en-cas destinés aux chevaux (seulement les édentés et séniles) .
3- Le rapport qualité-prix de ces machins à l'air lyophilisé est effroyable, ça coûte une vraie fortune de se nourrir comme un canasson retraité.
Donc j'ai décidé de me rendre au sous-sol de mon St Lawrence market préféré, chez mon grainetier favori (oui celui à qui j'ai acheté tout plein de graines que je n'ai pas encore utilisées... no comment please !), pour acheter divers flocons, et hop un granola maison. Enfin pas un, non, deux gros bocaux figurez-vous. Et oui, comme ça le Bernard l'Arno et moi avons chacun notre granola pile parfaitement à notre goût (mais je mange aussi très souvent dans son bocal je dois l'avouer), sans avoir à trier qui les morceaux de banane séchée, qui les copeaux de noix de coco, et pour les deux les cubes de papaye déshydratée. Du granola sur mesure pour des petits déj' de champions pressés quoi !

Granola canneberges et cerises spécial fille pressée, et sa variante figues et dates pour garçon pas réveillé
(d'après le John's granola de A cook's guide to grains)

Pour 2 bocaux de 450g chacun

300 g de flocons d'avoine
200 g de flocons d'orge
150 g de flocons de blé
50 g de germe de blé
250 ml de miel liquide
2 cuillères à soupe d'huile de colza
2 cuillères à soupe d'amandes, non-mondées
2 cuillères à soupe de noix de pécan
1 cuillère à soupe de graines de tournesol
1 cuillère à soupe de graines de citrouille
3 cuillères à soupe de canneberges séchées
2 cuillères à soupe de cerises séchées, coupées en 2
10 figues mission, coupées en 4
10 dates medjool, coupées en tronçons

Préchauffer le four à 180°C / 350°F.
Toaster (au four ou dans une poêle sèche) les noix de pécan et les amandes jusqu'à ce qu'elles soient bien dorées. Laisser refroidir puis les concasser grossièrement.
Dans un grand saladier (très grand serait encore mieux en fait) mélanger à la main les flocons de céréales, le germe de blé, les graines et les noix.
Diviser le mélange en 2 et le répartir dans 2 saladiers. Ajouter les canneberges et cerises dans l'un, les figues et dates dans l'autre.
Répartir chaque mélange sur une plaque allant au four avec des rebords (sinon la lèche-frite fera l'affaire, mais il faudra faire 2 tournées).
Faire chauffer dans une casserole sur feux doux l'huile et le miel. Quand le mélange est bien homogène, répartir la moitié du mélange au miel sur chaque plaque. Remuer avec une spatule en bois et placer au four.
Cuire 20-25 minutes sans oublier de sortir les plaques du four toutes les 5 minutes pour remuer le mélange et casser les éventuelles grappes qui pourraient se former.
Sortir les plaques du four et continuer à remuer toutes les 5, puis 10 minutes, jusquà ce que les mélanges aient complètement refroidi.
Conserver dans un bocal hermétique jusqu'à 3 semaines (peut être plus mais le tout disparait au bout de ce temps là chez nous...).

Version cannerberges-cerises...

cranberry-cherry-granola.jpg

... ou figues-dates ?

date-fig-granola.jpg

juin 12, 2006

Shake aux dates et à l'amande ou le philtre spécial journées pourraves

I'm back !! Enfin je sors la tête de l'eau pour un moment disons... Non pas que je sois partie suivre un stage de plongée sous-marine aux Galapagos ni me lancer à corps perdu dans la natation synchronisée au club de St Amand des Marais. Non pas du tout. C'est juste que le soleil estival qui brille et brûle sur Toronto a fini par faire sécher un peu la flaque de gadoue dans laquelle je respirais avec une paille depuis trop de semaines. J'avoue c'est pas tous les jours l'humeur boule à facettes dans la vie de maman active qui se la joue genre "moi j'assure, no problémo" pour faire son boulot au mieux, récupérer les enfants qui à l'école qui à la crèche, ne pas laisser s'entasser le linge sale ou à repasser (là-dessus c'est l'échec total...), préparer des repas sans implorer le Dieu du micro-onde, et pour couronner le tout consacrer sa pause de midi à tirer son propre lait pour la douce Pimprenille qui supporte assez mal le lait en boîte. Déjà que je trouve pas tous les jours le temps de me coiffer autrement qu'Attila le Hun, alors la blogosphère j'avoue... je l'ai un peu délaissée.
Mais aujourd'hui je fais mon come back (et aussi mon coming back... oui c'est bien moi qui ai fini le pot de Haagen Dasz au "Strawberry cheesecake" qui trainait depuis 15 jours... Mon petit mari de Bernard l'Arno si tu passes par là tu comprends maintenant pourquoi je cherchais mollement dans le congélo quand toi tu avais le filet de bave aux comissures des lèvres...) pour vous livrer l'un des trucs réconfortants de mes derniers matins : un super power shake aux dates, amande et banane. Eh oui avec les journée un poil cacabouillasse que j'accumule depuis un moment je mise tout sur le petit déj', 2-3 trucs sympas pour le breakfast à venir donc...

Shake aux dates et à l'amande

Pour 2 grands verres (un pour moi, un pour mon super héros)

2 bananes bien mûres
500 ml de lait de soja vanillé
une quinzaine de dattes (préalablement trempées dans de l'eau bouillante pendant 15 minutes)
2 cuillères à soupe de beurre d'amande (je crois qu'on dit purée d'amande en France...)
2 cuillères à soupe de sirop d'érable
1 cuillère à café de canelle en poudre
quelques glaçons si vous voulez du bien frais

Mixer les bananes et les dates au blender.
Ajouter les glaçons, le beurre d'amande et le lait de soja. Mixer 2 bonnes minutes.
Verser le sirop d'érable et la canelle par le haut du blender 15 secondes avant de l'arrêter.
Et hop c'est parti pour une journée-marathon sans se jeter sous le métro à 13h !!!

almond-date-shake.jpg